• Irak

Un pèlerinage sur les traces d’Abraham

26 avril 2021

Du 5 au 8 mars 2021, le pape François s’est rendu en Irak. Nos partenaires de l’organisation de défense des droits de l’homme Hammurabi nous racontent leurs impressions.



« Je suis encore dans la lumière de cette visite ! » s’exclame au téléphone Pascale Warda, avec un enthousiasme contagieux. « C’était magnifique, simplement magnifique ! » Présidente de l’organisation de défense des droits de l’homme Hammurabi, partenaire de CSI depuis plus de quatorze ans, elle ne se lasse pas de raconter le séjour du pape François en Irak. « C’est véritablement une nouvelle page de l’histoire de l’Irak qui s’est écrite. »

« En tant qu’ancienne ministre, j’ai eu l’honneur d’être invitée à la messe en la cathédrale chaldéenne de Saint-Joseph à Bagdad. Le pape l’a célébrée en suivant le rite oriental, une première, et un signe fort pour nous. Ce fut un moment vraiment émouvant. J’avais déjà rencontré le pape auparavant, mais le voir en Irak, c’était incroyable ! »

Les chrétiens constructeurs de ponts

« Le pape a voulu que sa venue ne soit pas seulement pour les chrétiens du pays, note Louis Markos Ayub, vice-président d’Hammurabi, mais pour tous les Irakiens. C’était une décision très importante. » En effet, pour nos partenaires, il est fondamental de rappeler que les chrétiens font partie intégrante du pays et d’éviter de tomber dans le piège du séparatisme qui, en isolant les chrétiens, les rend plus vulnérables d’une part et de l’autre dénie le rôle qu’ils jouent dans l’amélioration des relations intercommunautaires.

C’est ainsi que Pascale Warda commente : « La rencontre avec l’ayatollah Ali al-Sistani, l’une des figures clefs du chiisme duodécimain, était un moment fondamental ». Elle a été suivie d’un sommet avec les représentants des diverses communautés religieuses du pays à Ur, terre d’Abraham. « Le chef des mandéens, une religion gnostique en voie de disparition, m’a écrit que pour lui, le pape « avait été comme une tente sous laquelle tout le monde pouvait se réunir ». J’ai senti qu’il avait retrouvé un peu d’espoir. Cela m’a profondément touchée, car c’est là notre mission. »

Qaraqosh, une ville en liesse

S’il y avait un lieu incontournable sur l’itinéraire du pape, c’était bien Qaraqosh, la plus grande ville à majorité chrétienne du pays. « Il fallait absolument profiter de cette occasion pour montrer au monde et aux Irakiens les chrétiens de ce pays, continue Pascale. La ville était en liesse ! » En voyant Qaraqosh début mars, on avait peine à reconnaître la ville vide et ravagée que l’État islamique (EI) avait laissée derrière lui en 2016, après plus de deux ans d’occupation. Depuis, une partie des habitants est revenue et a commencé la reconstruction. « La visite du pape est un encouragement fort à rester », note Yohanna Towaya, responsable du bureau d’Hammurabi pour la plaine de Ninive. « Les chrétiens d’Irak ne sont pas oubliés du reste du monde. »

Une visite qui ne doit pas rester lettre morte

« À travers cette très courte visite, le pape a accompli davantage pour l’Irak que n’importe quel chef d’État avant lui, conclut Pascale. Il nous a apporté un soutien moral vital, alors que nous sommes encore prisonniers d’un cercle vicieux de violence et de corruption. » Son mari, William, porte-parole d’Hammurabi, ajoute : « Nous espérons que cela ne restera pas lettre morte et s’accompagnera de changements tangibles. »

Encouragée par cette visite, l’équipe d’Hammurabi redouble ses efforts pour construire un pays où tout citoyen puisse vivre dignement et sans discrimination. Le rapport sur la situation des droits de l’homme en Irak qu’elle vient de publier montre bien que la route est encore longue.

La responsable CSI pour l’Irak

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos réactions ou de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Programme Irak