La libération après des années de souffrances

16 mai 2018

La Sud-Soudanaise Akacak Nhial Macou (35 ans) a vécu l’horreur durant sa vie d’esclave au Soudan. Une nouvelle vie commence maintenant pour elle.



Depuis le temps, Akacak ne se souvient que vaguement de son enlèvement. Des combattants arabes (les Janjawid) l’avaient capturée avec sa mère et déportée vers le Nord. « Au Soudan, j’ai été séparée de ma mère et donnée à un homme arabe qui s’appelait Jama Adam », explique-t-elle après sa libération à notre équipe CSI.

Maltraitée et violée

Jama Adam a trois épouses et de nombreux enfants. Dès le début, toute la famille fait sentir à Akacak ce que signifie être une esclave. Chaque jour, elle doit travailler dur, nettoyer la maison, travailler dans les champs et marcher longtemps pour chercher de l’eau. Le matin, elle doit se lever tôt. Elle est régulièrement insultée et battue. Son maître la viole souvent. Elle est excisée en même temps que trois filles de son maître. La jeune femme est gravement traumatisée et depuis ce jour, elle ne supporte presque plus les douleurs.

Une nouvelle vie offerte

Akacak ne pense jamais à s’enfuir, car elle ne connaît absolument personne auprès de qui elle pourrait chercher un refuge. Elle est d’autant plus surprise lorsqu’en automne 2017, un libérateur d’esclave de CSI vient voir son maître. « J’ai vu cet étranger négocier avec Jama. » Quand il s’approche d’Akacak, c’est pour lui dire qu’elle est libre et qu’il se propose de l’emmener dans sa patrie. « D’abord, je n’ai pas pu y croire ! Mais je n’ai pas hésité et je l’ai accompagné. J’étais heureuse de pouvoir échapper aux griffes de la famille de Jama. »

Avec ses compagnons, le libérateur emmène Akacak dans un camp où d’autres esclaves affranchis attendent le retour. Sur le chemin vers le nouvel État du Soudan du Sud, ils sont tous bien traités et reçoivent suffisamment à manger. Akacak est folle de joie d’être à nouveau dans sa patrie. « Je remercie Christian Solidarity International de tout mon cœur. Aujourd’hui, je suis de nouveau une femme libre ! »

Pour son départ dans sa nouvelle vie, la Sud-Soudanaise reçoit une chèvre laitière et un « kit de survie » contenant des ustensiles nécessaires au quotidien. Maintenant, elle espère encore trouver des membres de sa famille en vie.

Reto Baliarda

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Mission Soudan du Sud