• Bangladesh
  • Inde

Les victimes du cyclone ont tout perdu – CSI les soutient

03 juin 2020

Au Bangladesh et en Inde, le cyclone « Amphan » a causé mort et destruction. Plus de cent personnes ont été tuées. Parmi les milliers de survivants, il y a aussi des pasteurs qui avaient assisté à une conférence cofinancée par CSI. Ils reçoivent, avec d’autres survivants, une aide de CSI.



Le 20 mai 2020, le cyclone « Amphan » a balayé le sud du Bangladesh et l’est de l’Inde. Plus de cent personnes ont été tuées et des milliers d’autres ont perdu leur maison. La tempête a laissé derrière elle une terrible destruction : des bus renversés, des poteaux électriques brisés, des cabanes déchiquetées. Les images de personnes qui marchent dans l’eau jusqu’aux genoux laissent deviner la violence du cyclone : avec des rafales de plus de 170 km/h, il a été la tempête la plus violente depuis 1999 qui avait fait presque dix mille de morts.

Cette fois, le nombre de victimes n’était pas si élevé, probablement aussi parce que des millions de personnes ont été évacuées à temps dans les deux pays. Mais « Amphan » a détruit les conditions de vie de plusieurs milliers de gens qui étaient déjà pauvres. Ils n’ont plus de toit sur la tête. Auparavant déjà, ils se trouvaient dans une situation très difficile à cause des mesures sévères prise contre le Covid-19.

Bangladesh : CSI apporte une aide urgente

Nos partenaires locaux, William Samadder et son équipe, ont aidé plusieurs survivants du cyclone au Bangladesh. Ces familles désespérées ont notamment reçu du matériel pour la reconstruction de leurs habitations. Par ailleurs, les personnes blessées ont été soignées et CSI a payé les frais d’hôpital. Parmi les bénéficiaires se trouvent aussi des pasteurs qui avaient participé, du 8 au 10 février 2020, à la treizième conférence de pasteurs de notre organisation partenaire « Engage Bangladesh ».

Un pasteur pauvre est raillé

L’un d’eux est le pasteur Shonkor Biswas de l’Église baptiste « Calvary » à Shatkhira. Depuis le confinement le 25 mars 2020, le maigre revenu de ce père de trois enfants a cessé d’exister. Car la plupart des fidèles de son Églises n’ont eux-mêmes plus rien et n’ont donc plus la possibilité de continuer à soutenir leur pasteur. À cause de sa détresse, le pasteur Biswas essaie donc de travailler comme conducteur de rickshaw pour faire survivre sa famille ; mais cela ne suffit presque pas. En plus, comme conducteur de rickshaw, il est devenu la risée du village. « Ce pasteur est tombé bien bas », raillent beaucoup de villageois.

À la suite du cyclone, sa famille a perdu sa maison qui, instable qu’elle était, n’a pas pu résister à la tempête. Shonkor Biswas est donc d’autant plus reconnaissant envers CSI pour le soutien reçu.

Une ferme avicole détruite

Le cyclone a également fait basculer la famille de Biplob Biswas dans une grande misère. Comme éducateur de jeunes, Biplob Biswas travaille presque à titre bénévole pour son Église à Sitaramour. Il gagnait sa vie pour sa famille avec sa ferme avicole. Même au cours du confinement à cause du Covid-19, son commerce marchait bien, parce que les gens continuaient à acheter des œufs. Mais le cyclone a complètement détruit la ferme et Biplob Biswas a tout perdu. Aucune des cent poules n’a survécu. Sa propre maison a aussi été rasée. Avec l’aide de CSI, Biplob espère pouvoir la reconstruire et peut-être même racheter quelques poules.

Reconnaissant de vivre encore

La demeure du pasteur baptiste Gabriel Biswas de Keshobpur a également été balayée par « Amphan ». La tempête a arraché les briques très lourdes en limon du toit. L’épouse de Gabriel et leurs enfants ont été blessés au dos, aux bras et aux jambes par les briques qui tombaient. Ils ont été emmenés à l’hôpital pour faire des radios.

Malgré les blessures, la famille du pasteur est reconnaissante envers Dieu d’être encore en vie. Une brique aurait facilement pu tuer l’un d’entre eux. Avec l’aide de CSI, les frais de l’hôpital ont pu être payés et leur habitation fortement endommagée pourra être réparée.

La responsable CSI pour le Bangladesh & Reto Baliarda

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos réactions ou de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Programme Bangladesh