• Égypte

Les cartes d’identité leur ouvrent des portes

16 décembre 2015

Dans les régions rurales d’Égypte, des milliers de personnes vivent sans carte d’identité ni acte de naissance. Elles sont donc fortement défavorisées dans la vie quotidienne. Grâce au programme ID-Cards de CSI, plus de 1200 Égyptiens ont déjà obtenu pour la première fois une carte d’identité.



Abdullah* (43 ans) est au comble du bonheur. Jusqu’à présent, il ne possédait qu’une carte d’identité périmée. Grâce à sa nouvelle carte d’identité, il a maintenant le droit de suivre des cours de conduite et d’obtenir un permis de conduire. Il espère ainsi bientôt trouver un meilleur travail, sachant que son salaire de journalier lui permet à peine d’assurer la survie de sa famille. « J’ai désormais aussi le droit d’acheter des aliments subventionnés et des bonbonnes de gaz dont mon épouse a besoin pour faire la cuisine », se réjouit-il.

Cauchemar économique

Au pays des pyramides, des milliers de citoyens n’ont accès à leurs droits que de façon limitée, puisqu’ils sont réservés aux détenteurs d’une carte d’identité valable. Ce précieux sésame permet par exemple d’obtenir des meilleurs prix pour de nombreux aliments de base, comme le pain, le riz et le sucre. En outre, le gouvernement a récemment édicté une disposition d’après laquelle l’essence et les bonbonnes de gaz subventionnées ne peuvent être achetées qu’en présentant une carte d’identité. Sinon il reste le marché noir… où les prix sont jusqu’à dix fois plus élevés que dans le circuit officiel. Un grand nombre d’Égyptiens qui n’ont pas accès au minimum vital vivent donc un véritable cauchemar économique.

Tout mariage est impossible

En Égypte, un mariage est souvent l’occasion d’une fête inouïe. Même les gens moins aisés dépensent à cette occasion des sommes importantes. Mais sans carte d’identité, un mariage n’a aucune validité.

« Quand mon mari et moi avons appris que nous n’avions pas le droit de nous marier sans carte d’identité, cela a été un grand choc pour nous. Nous avions longtemps rêvé de nous marier et nous avons travaillé dur en vue de cette fête. J’ai de la peine à le croire que notre rêve inaccessible s’est maintenant réalisé », déclare Mariam* (26 ans). Pour les Égyptiennes, le mariage a aussi une grande importance : lorsqu’elles sont sans homme, on les considère facilement comme des proies. 

Une aide dans tous les domaines

Nos partenaires sur place n’apportent pas seulement une aide financière pour l’acquisition de la carte d’identité, mais ils soutiennent aussi les personnes dans les démarches officielles qui permettent de l’obtenir. Car les difficultés administratives sont immenses, surtout pour les analphabètes qui ne comprennent même pas la langue officielle. Et ils sont nombreux dans les régions pauvres du pays ! Sans cette aide importante, ils ne pourraient pas obtenir de carte d’identité, même s’ils avaient les moyens financiers pour cela.

Les actions « ID-Cards » se poursuivent

Plus de 1200 personnes ont obtenu une carte d’identité grâce au soutien de CSI. Avec l’aide d’autres donateurs, nous poursuivrons cette action aussi longtemps que possible. Pour nombre d’Égyptiens défavorisés, cela représente une toute nouvelle qualité de vie dans la dignité. Souvent, il s’agit aussi d’un premier pas hors d’une pauvreté insupportable. Nous remercions de tout cœur ceux qui participent à cette action. n Reto Baliarda

* Nom fictif


La carte d’identité est une exigence !

Tout ce qui est inaccessible à un Égyptien sans carte d’identité :
  • obtention d’un acte de naissance ;
  • enregistrement d’un mariage, d’une naissance, etc. ;
  • participation aux scrutins ;
  • possibilité d’être identifié lors de rafles policières et donc d’échapper à des mesures arbitraires ;
  • possibilité de prouver sa légitimité dans les affaires d’héritage ;
  • obtention d’un permis de conduire (qui augmenterait ses chances de trouver un travail permettant de nourrir sa famille) ;
  • accès à la municipalité pour être relié aux réseaux d’eau et d’électricité ;
  • accès au cours d’alphabétisation offerts par l’État ;
  • exonération des frais scolaires pour ses enfants ;
  • subventions permettant d’acheter pain, riz, huile, sucre, etc. ;
  • obtention de semences et d’engrais subventionnés ;
  • conclusion d’un contrat de location de terrain ;
  • ouverture d’un commerce, même modeste ;
  • achat ou vente de bétail ;
  • participation à des programmes d’aide étatiques ;
  • transport dans une ambulance ;
  • hospitalisation ;
  • soutien du système de santé publique (qui permet notamment les vaccinations) ;
  • droit d’entrée dans les régions touristiques qui bordent la mer Rouge pour y chercher du travail (les contrôles de police sont rigoureux) ;
  • obtention d’un passeport (p. ex. pour travailler dans les États du Golfe) ;
  • obtention d’essence et de gaz subventionnés.
Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Programme Égypte