Le pasteur Brunson assigné à résidence

11 septembre 2018

Izmir, Turquie. Grand soulagement pour le pasteur Andrew Brunson : après plus de six cents jours passés en prison, il a été libéré le 25 juin 2018 pour être assigné à résidence en raison de son état de santé. Il n’a pas le droit de quitter le pays et doit se présenter à nouveau devant le tribunal le 12 octobre. Les États-Unis exige la libération immédiate du pasteur et la crise entre les deux États s’accentue.



Durant vingt-trois ans, Andrew Craig Brunson a été le responsable de l’« Église de la résurrection », une communauté évangélique de la métropole turque d’Izmir. Le 7 octobre 2016, l’autorité de l’Immigration les convoque, lui et son épouse Norine : ils doivent quitter la Turquie car ils ont reçu des dons de l’étranger pour des activités missionnaires. Le couple est incarcéré. Alors que Norine est libérée le 20 octobre, Andrew doit rester en prison jusqu’à l’audience devant le tribunal, agendée au 9 décembre 2016.

À cette date, le verdict tombe. Le pasteur Brunson reste incarcéré pour une durée indéterminée. Il est inculpé de soutenir le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ainsi que le mouvement du prédicateur musulman Fethullah Gülen vivant aux États-Unis ; ce dernier est accusé par le gouvernement turc d’être responsable de la tentative du coup d’État du 15 juillet 2016.

Le 28 septembre 2017, le président turc Recep Tayyip Erdogan annonce que le pasteur évangélique serait relâché si les États-Unis extradaient Fethullah Gülen vers la Turquie.

Réuni à nouveau avec Norine

Le 25 juillet 2018, après plus de six cents jours d’emprisonnement, le pasteur Andrew Brunson est libéré pour raison de santé et assigné à résidence. Après une séparation de presque deux ans, le couple est enfin réuni. Le pasteur est soumis à un sévère contrôle et n’a pas le droit de quitter sa maison. Le 12 octobre prochain, il devra à nouveau comparaître devant la cour de justice. Dans le cas où il serait condamné, il pourrait encourir une peine de prison de trente-cinq ans ! Bien entendu, Andrew Brunson rejette toutes les accusations portées à son encontre.

Au cours de l’audience du 18 juillet 2018, des anciens membres de l’Église du pasteur ont chargé Andrew Brunson. Vraisemblablement ces personnes ont été mises sous pression, car il est évident que le gouvernement turc utilise le pasteur comme otage pour forcer l’extradition de Fethullah Gülen vers la Turquie.

En juin 2018, CSI a appelé à protester auprès de l’ambassadeur turc ; nous continuons à exiger que le gouvernement abandonne les chefs d’accusation fabriqués de toutes pièces contre Andrew Brunson et qu’il soit libéré immédiatement. CSI demande également de prier pour lui et pour sa famille. 

Dispute entre les USA et la Turquie

Même le président américain Donald Trump et le vice-président Mike Pence se sont prononcés à ce sujet. Comme CSI, ils réclament la libération inconditionnelle d’Andrew Brunson. Le gouvernement américain a imposé des sanctions et des droits compensatoires à la Turquie, ce qui a fortement contribué à la dévalorisation de la monnaie turque. Les relations bilatérales entre les États-Unis et la Turquie sont au plus mal, entre autres à cause de ce cas.

Reto Baliarda


Vidéo | La fille d’Andrew Brunson lutte pour son père

À l’occasion d’une manifestation au département d’État américain du 24 juillet 2018, la fille du pasteur Brunson, Jacqueline Furnari, a parlé de l’incarcération de son père.

 

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.