« Le dernier clou du cercueil »

25 novembre 2019

En octobre 2019, l’armée turque a lancé son offensive dans le nord-est de la Syrie pour établir un corridor de sécurité large de 30 kilomètres. John Eibner livre son analyse au périodique Kirchenbote.



Kirchenbote : John Eibner, dans quelle mesure l’entrée des troupes turques en Syrie menace-t-elle la minorité des chrétiens du Rojava et des territoires kurdes ?

John Eibner : La minorité chrétienne du nord-est de la Syrie, surtout dans la province de Hassaké, est menacée dans son existence par l’invasion turque. Cette manœuvre pourrait être le « dernier clou du cercueil » des Églises chrétiennes historiques.

Vous parlez du « dernier clou ». Est-ce que cette menace existait déjà ?

Oui, l’existence des communautés chrétiennes en Syrie est globalement menacée depuis que les États-Unis avec leurs partenaires en Europe et dans le monde arabe ont amorcé un programme de changement de régime lors du soulèvement de 2011. […] *

Qu’est-ce que CSI attend de la Suisse et de la politique occidentale ?

[…] Le cœur du problème est la déstabilisation de l’État syrien. […] L’une des principales mesures que la Suisse et ses partenaires occidentaux doivent adopter est la suspension des sanctions appliquées au secteur économique global. Avant la fin de son mandat, le conseiller fédéral Schneider-Amman avait admis que les sanctions avaient des « conséquences négatives » pour la population syrienne. Les Conventions de Genève proscrivent toutefois la punition collective des civils pour des méfaits commis par leurs dirigeants. […] En tant que pays neutre, la Suisse devrait aussi rouvrir son ambassade à Damas.

La restauration du pouvoir dictatorial de Bachar al-Assad, avec ses célèbres services secrets, n’est quand même pas la solution, n’est-ce pas ?

Quoi qu’il en soit, il faut espérer que les progrès réalisés dans les pourparlers menés par l’ONU pour l’élaboration d’une constitution voient naître un gouvernement à la fois fort et rassembleur. […]

Ne faudrait-il pas aussi que l’Europe et la Suisse participent à consolider la société civile plutôt que de miser sur un gouvernement dictatorial ?

Dans les faits, la Suisse, l’Europe et les États-Unis devraient essayer par tous les moyens de soutenir la société civile. C’est un signe des temps de voir que rien de concret n’est entrepris. Trop souvent, des États occidentaux s’allient avec des dictatures oppressives comme l’Arabie saoudite, un pays qui non seulement jugule toute opposition politique, mais qui refuse aussi toute diversité socioreligieuse. […]

Tilmann Zuber, rédacteur en Chef du Kirchenbote

* Cette interview a été largement résumée. La version originale intégrale a paru en allemand le 17 octobre 2019 ici. 


CSI est en contact avec des partenaires régionaux et dispense de l’aide humanitaire aux populations déplacées.

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Programme Syrie