La Déclaration des droits de l’homme a 70 ans

30 novembre 2018

La Déclaration universelle des droits de l’homme de l’ONU fête cette année ses 70 ans. Selon l’analyse de l’historien libanais Habib Malik, elle est sans conteste « le document le plus important du XXe siècle » ; elle constitue également l’un des fondements de CSI. Habib Malik s’est rendu à Zurich sur une invitation de CSI.



En décembre 2018, la Déclaration des droits de l’homme de l’ONU fête ses 70 ans d’existence. Pour CSI, ce texte a une grande signification, car il fait partie des fondements de CSI, au même titre que la parabole du bon Samaritain (Luc 10) et l’image d’un seul corps constitué de plusieurs membres (I Corinthiens 12).

Un texte non contraignant mais d’une grande force morale

En octobre 2018, le professeur libanais Habib Malik a répondu à l’invitation de CSI. Il a un lien presque organique avec la Déclaration des droits de l’homme de l’ONU, puisque son père Charles Malik en avait rédigé l’avant-projet, en tant que diplomate libanais.

Le professeur d’histoire affirme : « La Déclaration des droits de l’homme de l’ONU est certainement le document international le plus important du xxe siècle. » Cela explique que sa force morale a inspiré les défenseurs des droits de l’homme pour leurs campagnes, notamment contre le communisme et l’apartheid. Or cette force morale est certainement sa principale valeur. Ses trente articles ne sont certes pas juridiquement contraignants, mais ils sous-tendent de nombreux traités internationaux et instruments de défense des droits de l’homme.

Pour le travail de CSI, l’article 18 ayant trait à la liberté de religion (qui établit notamment le droit de changer de croyance) est fondamental. « Mon père savait l’importance de ce droit, venant lui-même d’une région où le changement de religion est tout sauf aisé et où, selon la charia, l’apostasie est punie de mort. »

« Un outil de référence exceptionnel » pour les droits de l’homme

Habib Malik a évoqué la chance historique qui a permis à la Déclaration des droits de l’homme de s’épanouir en 1948, au cours de la brève période située entre la fin de la seconde guerre mondiale et la guerre froide. Elle a été le résultat d’un travail collectif mené autant par des représentants de l’Est que de l’Ouest et autant par des chrétiens que par des musulmans. Habib Malik pense qu’une telle déclaration ne serait guère possible dans le monde bipolaire d’aujourd’hui.

Pour lui, la Déclaration des droits de l’homme de 1948 est un « outil de référence exceptionnel » pour les droits de l’homme, qui peut et doit continuer à être aiguisé et même amélioré.

Morven McLean

Conférence de Habib Malik sur le Moyen-Orient

En octobre 2018, Habib Malik s’est exprimé lors d’une rencontre de CSI. Son allocution intitulée « Les grandes puissances et les puissances régionales au Moyen-Orient : leur influence sur le pluralisme socioreligieux » a mis le doigt sur la menace que représente l’islam radical pour les chrétiens et les autres minorités religieuses de la région. Malgré tout, Habib Malik a exprimé son espoir de voir la coopération russo-américaine permettre de protéger les minorités religieuses, ces deux pays étant eux-mêmes menacés par le terrorisme international venant du Moyen-Orient. « Le soutien apporté au pluralisme au Moyen-Orient est un moyen efficace de lutter contre la radicalisation. »

Habib Malik a publié de nombreux ouvrages relatifs aux chrétiens du Moyen-Orient. Il est notamment l’auteur d’une brochure intitulée Islamism and the Future of the Christians in the Middle East.

Ici, vous trouverez le communiqué de presse relatif à la conférence, une vidéo et une interview donnée à la NZZ am Sonntag.

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.