• Inde

Des chrétiens exclus d’une distribution d’aide – CSI intervient

10 juin 2020

En Inde, le confinement est fatal pour les plus pauvres. S’ils font partie des minorités religieuses, leur détresse est encore plus terrible. Ils sont souvent exclus des distributions de nourriture étatiques. Les partenaires de CSI s’engagent pour soulager la détresse de ces affamés.



En raison de la pandémie du Covid-19, l’Inde a instauré l’état d’urgence durant plus de deux mois. Le confinement décrété le 24 mars 2020 n’a été allégé qu’au début du mois de juin.

Pour des millions de simples travailleurs en marge du système qui subviennent à leur nourriture au jour le jour, les conséquences de cette interdiction de sortir de plusieurs semaines sont dramatiques. Ainsi, les vendeurs de rues, les conducteurs de rickshaws, les nettoyeurs et éboueurs, qui pouvaient jusqu’alors à peine nourrir leurs familles grâce à leur misérable salaire journalier, se sont retrouvés du jour au lendemain sans aucun revenu.

Frappés par la police

La situation est aussi particulièrement précaire pour les membres des minorités religieuses. Le gouvernement a bien créé un fonds de secours de trois mois grâce à l’aide financière fournie par des personnes riches pour permettre une distribution de nourriture aux populations paupérisées. Mais les non-hindous comme les chrétiens et les musulmans n’ont pas accès à ce fonds, comme nous le relate notre partenaire Parul Singh *.

Parul connaît plusieurs cas où des chrétiens qui ont voulu aller chercher des aliments mis à disposition par le gouvernement ont été repoussés. Le pasteur Benjamin et sa famille, de l’État du Jharkhand, ont vécu cette expérience : « Lorsque nous avons voulu aller chercher les rations de nourriture, les policiers nous ont frappés violemment et ont prétendu que les chrétiens n’étaient pas comptés dans les actions de secours étatiques. Il est vraiment terrible de devoir expérimenter cette discrimination même dans une situation aussi difficile. »

Comme la plupart des pasteurs des petites Églises évangéliques indépendantes, le pasteur Benjamin et sa famille vivaient aussi des dons modestes de ses fidèles. Mais ces derniers ont maintenant eux-mêmes à peine de quoi manger et ne peuvent plus soutenir la famille du pasteur. Dépité, le pasteur Benjamin explique : « Depuis la pandémie et le début du confinement, nous nous battons chaque jour pour avoir de quoi manger. »

L’engagement infatigable des partenaires de CSI

« Cela est très douloureux : nous devons assister à la déchéance de nombreuses personnes affamées et désespérées… et nous ne pouvons pas aider tous les nécessiteux », nous rapportent nos partenaires sur place. Dans diverses contrées d’Inde, il y a des équipes d’aide CSI qui s’engagent sans compter pour soutenir la population comme ils le peuvent. Grâce à des autorisations spéciales, elles ont pu acheter des vivres et les remettre à cent familles dans le besoin, dont la famille du pasteur Benjamin.

Outre les pasteurs, nos équipes visent également les marginaux comme les prostituées et les SDF. Les bénéficiaires de l’aide sont extrêmement reconnaissants et les partenaires CSI s’entendent régulièrement dire : « Nous sommes très touchés par l’aide et le respect que vous nous apportez, à nous qui ne sommes rien aux yeux de la société. »

La responsable CSI pour l’Inde et Reto Baliarda

* Nom modifié pour raisons de sécurité

Ici, vous pouvez faire un don pour les victimes les plus vulnérables de la pandémie du coronavirus. Merci de tout cœur !

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos réactions ou de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Programme Inde