CSI visite les enfants de réfugiés à Erbil

16 mai 2018

Des enfants interprètent une danse pour accueillir les représentants de CSI dans un camp de réfugiés de la ville kurde d’Erbil. Leurs familles espèrent évidemment pouvoir rentrer un jour dans leur patrie.



Nous franchissons le seuil d’un centre commercial animé à Erbil, au Kurdistan irakien. Au premier coup d’œil, rien ne laisse présager que des enfants pleins de vie nous attendent aux étages supérieurs. En effet, dans les couloirs situés au-dessus du grand magasin, le vide est presque inquiétant. Ici et là, nous apercevons un signe de vie : un dessin d’enfant à une porte, du linge qui sèche… et soudain, au tournant d’un mur, un corridor tout éclairé. Et le rire des enfants qui va croissant… jusqu’à ce qu’une porte s’ouvre pour nous.

Grandir dans un camp de réfugiés

Ce soir d’hiver, je visite le jardin d’enfants avec nos partenaires locaux : il fait partie d’une sorte de camp de réfugiés installé sur trois étages, dans le centre commercial Nishtiman. Ce centre d’hébergement a été mis en place en 2014 pour pouvoir accueillir les familles chassées de la plaine de Ninive par l’État islamique (EI).

Environ trente-cinq enfants de ces familles nous souhaitent la bienvenue avec des visages rayonnants. Pour les visiteurs, ils ont tous revêtu leurs plus beaux habits et nous présentent des danses et des chants, parfois en arabe et parfois dans leur langue maternelle, le soureth (un dialecte araméen). Tout est un peu chaotique, mais on sent un tel amour, une telle application et une telle joie que j’en suis tout émue.

Cela d’autant plus quand on réalise que ces enfants ont passé plus de trois ans dans des logements provisoires et que certains n’ont rien connu d’autre. Ils sont trop jeunes pour se souvenir de l’époque où ils habitaient dans leurs maisons.

Sans foyer

Le jardin d’enfants est dirigé par des sœurs dominicaines de l’ordre de Sainte-Catherine de Sienne, qui ont elles-mêmes été chassées de la plaine de Ninive. Ces sœurs vivent également à Nishtiman.

La plupart des familles qui sont hébergées à Nishtiman viennent de Qaraqosh, la plus grande ville chrétienne d’Irak, qui comptait 50 000 habitants avant la guerre. Au moment de notre visite, de nombreuses familles sont déjà retournées dans leurs maisons. Mais certaines n’ont pas pu le faire, car leurs maisons sont trop endommagées et elles ont encore besoin de temps pour les réparations.

Le Père Georges Jahoula, un prêtre de Qaraqosh retourné au pays pour aider les siens après une absence de dix années en Italie, relate : « Nous avons répertorié 6826 maisons endommagées à Qaraqosh. »

Il surveille les travaux de reconstruction des maisons à Qaraqosh, en accordant la priorité aux bâtiments pouvant être fonctionnels rapidement, afin de favoriser le retour d’un maximum de familles. Les habitants effectuent la plupart des travaux eux-mêmes. À la fin de l’année passée, quatre mille familles avaient réintégré la ville. Le Père Georges nous dit encore, avec un sourire qui en dit long : « La reconstruction des villes chrétiennes de la plaine de Ninive peut être un signe d’espoir puissant pour tous les chrétiens d’Irak. »

Hélène Rey


Des vestes d’hiver pour aider les enfants et les commerçants

À la demande des sœurs dominicaines qui gèrent le jardin d’enfants du camp de réfugiés Nishtiman, une équipe CSI accompagnée de membres de notre organisation partenaire Hammurabi a apporté des vestes d’hiver pour les enfants de réfugiés. Quelle joie pour ces enfants ! Et cela d’autant plus lorsqu’ils ont appris que nous avions acheté plusieurs vestes dans les magasins récemment ouverts de leur ville de Qaraqosh.

En achetant les habits sur place, nous pouvons aider doublement : d’une part, les enfants peuvent ainsi gagner en confort ; et d’autre part les propriétaires de magasins, rentrés depuis peu de temps à Qaraqosh, peuvent relancer leur commerce.

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Mission Moyen-Orient