CSI aide une chrétienne malade du cœur

28 septembre 2019

La chrétienne iranienne Marry vit des heures particulièrement sombres. Son mari et son beau-fils sont décédés. Après une seconde opération du cœur, elle a traversé de grandes difficultés financières, notamment en raison des sanctions américaines contre l’Iran. CSI ne veut pas l’abandonner à son sort.



Marry * a perdu son mari il y a trente-huit ans. Depuis, les nuages noirs se sont amoncelés sur sa tête, mais elle n’a jamais abandonné.

Marry a embrassé la foi chrétienne lors de l’ensevelissement de son époux et elle a décidé de faire face courageusement à son nouveau destin, celui d’une mère assumant seule l’éducation et la subsistance de ses enfants. Avec une profonde confiance en Dieu, elle a consacré toute son énergie au bien-être de ses enfants. Plus tard, elle prendra soin de ses petits-enfants avec amour et s’engagera aussi comme bénévole dans l’Église pentecôtiste assyrienne de Victor Bet Tamraz (CSI a déjà donné plusieurs fois des nouvelles de ce pasteur et de sa famille).

L’Église est fermée

Avec l’âge, Marry doit lutter toujours plus avec des maux de dos et des problèmes cardiaques. Elle doit même démissionner et se retrouver dépendante de l’aide de sa fille Sara *, ce qui lui pèse beaucoup : « Ma fille a aussi perdu son mari et doit porter toute la responsabilité de ses deux fils. »

C’est ensuite au tour de Sara de perdre son emploi. Elle qui travaillait depuis longtemps dans l’administration de l’Église du pasteur Victor Bet Tamraz se retrouve sans emploi après sa fermeture forcée en 2009. Marry explique : « Trouver un poste de travail est une vraie gageure pour une jeune femme. »

Durant toute cette période difficile, Marry et Sara se sentent portées par Dieu, même si les deux femmes rencontrent des difficultés financières après la première opération du cœur de Marry en 2015, quand elles doivent mettre leurs économies pour payer l’intervention et les médicaments.

À l’été 2019, Marry est de nouveau opérée du cœur : « Cette fois-ci, notre argent n’a pas suffi et nous avons dû emprunter. » Aujourd’hui ce sont elles qui sont fortement endettées, elles qui s’étaient toujours engagées pour les autres et avaient mis leurs propres besoins de côté. Les sanctions drastiques imposées par les États-Unis contre l’Iran ont encore péjoré la situation, puisque le prix des médicaments nécessaires à la suite du traitement a fortement augmenté ; CSI a choisi d’assumer les coûts de l’opération du cœur. Nous comptons maintenant sur votre aide pour participer à l’achat des médicaments !

Reto Baliarda

* Noms fictifs

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.