Aboutissement d’un programme durable

07 janvier 2019

CSI a accordé durant plusieurs années son aide à l’autosubsistance des survivants du massacre perpétré par des extrémistes hindous contre les chrétiens en août 2008. L’ouverture d’un centre de formation est l’aboutissement de ce programme réussi.



Nous pouvons enfin porter un regard reconnaissant sur les dernières années. Grâce à nos partenaires sur place (l’Indian Evangelistic Association), nous avons pu apporter une aide urgente et durable aux victimes de l’année 2008 ; en août de cette année en effet, des extrémistes hindous avaient brutalement attaqué des chrétiens au Kandhamal (État de l’Odisha), faisant des milliers de blessés et plus de cent personnes tuées. Plus de 50 000 habitations avaient été détruites.

Aide à long terme

Ce sont prioritairement des tôles, des vêtements, des ustensiles de cuisine et de l’aide médicale qui ont été acheminés peu après les attaques. Dans un second temps, l’accent a été mis sur la reconstruction des maisons.  Voici un peu plus de cinq ans, nous avons lancé un programme agricole. Nos partenaires ont ainsi soutenu, par leurs compétences techniques, plus de deux cents familles pour cultiver diverses sortes de légumes et ont ainsi offert une aide qui a permis une autosubsistance durable.

Un avenir pour les enfants touchés par les événements

Lors des attaques, un grand nombre d’enfants sont devenus orphelins d’un ou des deux parents. Nombre d’entre eux ont fui, sans aucune protection, vers la grande ville de Bhubaneswar, à 350 km de chez eux. Un pasteur a été sensible à la détresse de ces enfants et a fondé un foyer pour eux. Mais une loi a été promulguée en 2015, stipulant que tous les enfants du foyer devaient retourner dans leur village d’origine. CSI a alors décidé de construire sans plus attendre un centre de formation au Kandhamal, pour éviter que les filles ne se retrouvent dans la rue.

Ce centre est aujourd’hui terminé et les élèves peuvent y suivre une formation dans les domaines de l’informatique, de la vente ou de la couture. D’innombrables jeunes femmes issues de milieux défavorisés, qui n’auraient sinon eu aucune chance de formation, peuvent ainsi apprendre un métier puis même souvent être insérées dans le monde du travail. Actuellement, le gouvernement lui-même participe aux frais d’écolage et de formation des élèves. L’engagement de CSI tire donc à sa fin et nous remercions cordialement tous les donateurs qui ont participé de manière généreuse à ce programme.

Inés Wertgen, responsable CSI pour l’Inde

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Mission Inde